Info

Récemment mis à jour21The Elysée museum, in Lausanne, is currently exhibiting the work of photographer Philippe Halsman, the father of jumpology. I am sure you have already seen, at one time or another, one of its snapshots where the subject – Marilyn Monroe, Audrey Hepburn, Aldous Huxley and many others – is seized in the air. It is also floating that I show you this black lace dress, worn here on a dusty pink chiffon dress. It reminds me by the way, but in a totally different way, Jump Kriss Kross, 1992, extra baggy trousers worn backwards, first party, everybody jumping!

Le musée de l’Elysée expose en ce moment le travail du photographe Philippe Halsman, le père de la jumpology. Je suis sûre que vous avez déjà vu, une fois ou l’autre, l’une de ses instantanées où le sujet – Marilyn Monroe, Audrey Hepburn, Aldous Huxley et tant d’autres – est saisi en l’air. C’est donc aussi en apesanteur que je vous montre cette robe en dentelle noire, portée ici sur une robe en mousseline vieux rose. D’ailleurs, ça me fait penser aussi, mais alors dans un tout autre genre, à Jump Kriss Kross, 1992, super baggys à l’envers, première boum, tout le monde saute !

flapper marinaEarly this summer, Marina –who is my lover’s so dynamic mother, and yet that is an understatement, this woman is a tornado- called me one day asking if I felt like making her a Belle Epoque dress to wear at a special evening around this theme. I immediately accepted the challenge.

After some thinking, very soon, we opted instead for a 20′s outfit. The very up-to-day straight cut, the embellishment possibilities offered by such a “canvas” and the Roaring Years imagery –their indomitable optimism, their extreme modernity and, above all, the progress in women’s emancipation which defined this era (Marina, it’s you!)- have totally convinced us about this reference time slight adjustment and that huge style shift. And if, during that evening, someone would dare to argue about it, it would suffice to say she represented the liberated woman, ahead of her time: an avant-garde figure, of course. Well, I don’t know if Marina imagined the same scenario, but the thing is she didn’t want to hear anymore about the less flattening models from the beginning of the century. She wanted her flapper dress.

After I showed her some sketches and she tried a muslin, she chose some fabric, beads and lace: a very romantic old rose burnout velvet, some matching stones in plum, pink and grey shades and a strip of black lace for the hem. It only remained to put everything together.

To sew dozens of beads by hand? Ain’t scared. Ain’t anymore scared. I know next time I’ll give it a try, the beads will be better secured. The thread anchorage technique: checked, got it! You don’t know what that is? Nor do I. I mean, I know, but I don’t know if there is a specific term for that. Right. But it was awesome because it allowed me to  about sewing by hand. There should thus be other beading and appliqués over here, and especially in my wardrobe.

I guess images speak by themselves. It has been really easy to shoot this series. Marina played the game very naturally and I think she had a lot of fun doing it. It is simple, she shines!

Au début de l’été, Marina – qui est la ô combien dynamique mère de mon amoureux, et encore c’est un euphémisme, cette femme est une tornade – m’a appelé un jour en me demandant si ça me tentait de lui faire une robe Belle Époque pour une soirée organisée autour de ce thème. J’ai tout de suite accepté le défi.

Après réflexion, très vite, nous avons toutefois opté pour une tenue années 20. La coupe droite très actuelle, les possibilités d’embellissement offertes par un tel « canevas » et l’imagerie des années folles – leur optimisme indomptable, leur extrême modernité et, surtout, l’avancée en termes de libération de la femme qui les a caractérisées (Marina, mais c’est toi !) – nous ont totalement convaincues de ce léger ajustement temporel et de ce grand glissement stylistique. Et si, pendant la soirée, quelqu’un trouvait quelque chose à redire, il aurait suffi de lui rétorquer qu’elle représentait la femme affranchie, en avance sur son temps : une figure d’avant-garde, bien sûr. Enfin, je ne sais pas si Marina s’est fait le même film que moi, mais ce qui est sûr c’est qu’elle ne voulait plus entendre parler des modèles moins flatteurs des années 10. Elle voulait sa robe charleston.

Après lui avoir soumis quelques croquis et lui avoir fait essayer une toile, elle a choisi tissu, perles et dentelle : un velours dévoré vieux rose très romantique, des pierres assorties dans les tons prune, noirs et roses, et une bande de dentelle noire pour l’ourlet. Il ne restait plus qu’à assembler le tout.

Coudre plusieurs dizaines de perles à la main ? Même pas peur. Enfin, même plus peur. Je sais que la prochaine fois que je me lancerai dans une telle aventure, les pierres seront mieux fixées. Technique de l’ancrage du fil : checked, got it ! Vous ne savez pas ce que c’est ? Moi non plus. Enfin si, mais je ne sais pas s’il y a un terme spécifique pour ça. Bref. Mais ce qui est génial c’est que ça m’a totalement débloquée au niveau de la couture à la main. Il risque donc d’y avoir d’autres incrustations et appliqués par ici, et surtout dans mon armoire.

Je crois que les images parlent d’elles-mêmes. Il a été très facile de faire cette série de photos. Marina s’est prêtée au jeu de manière très naturelle et je crois que l’exercice l’a beaucoup amusée. C’est simple, elle rayonne !

flapper marinaflapper marina

Complete strangers gatecrashed our shoot. Hum. When I told them they didn’t bother me, they could walk around, after seeing them stand for a while a few meters away from us, they answered: “We don’t want to pass by, we want to be on the pic”. Then, here they are those three cheeky and charming ones.

De parfaits inconnus se sont par ailleurs « incrustés » dans notre séance photo. Non mais. Quand je leur ai dit qu’ils pouvaient passer, qu’il ne me gênaient pas, en les voyant plantés à quelques mètres de nous depuis un moment, ils m’ont répondu : « Mais on ne veut pas être derrière, on veut aussi être sur la photo ». Les voilà donc, les trois charmants intrépides.flapper marinaflapper marinaflapper marinaflapper marinaflapper marinaflapper marinaflapper marinaflapper marinaflapper marina

dog days outfitDSCF3164 DSCF3165It seems I finished this fan-patterned outfit at the right moment on those scorching days. I really love how fun and quirky this wax fabric is. When I saw it the first time it made me think about M.I.A’s video-clip, “Bamboo Banga“.

Addendum: And I forgot to tell you the bag on these pics comes from the Istanbul-based designer Yegane Dilek‘s online shop.

Il me semble que j’ai fini cet ensemble avec un imprimé ventilateurs au bon moment en ces jours de canicule. J’aime beaucoup le côté fun et décalé de ce tissu wax. Quand je l’ai vu la première fois, il m’a fait penser au clip de M.I.A, “Bamboo Banga“.

Addendum: Et j’ai oublié de vous dire que le sac sur ces photos vient de la boutique en ligne de Yegane Dilek, une designer basée à Istanbul.

dog days outfit

the "I-need-purple" dressthe "I-need-purple" dress Dear blog, I haven’t abandoned you although countless things happened that prevented me lately from pampering you. But here I am again, full of energy, with plenty of ideas and projects.

To begin with I want to show you some pics of a rather simple and comfy dress, with a straight cut and open shoulders. The  original fabric color was fuchsia but, because warm colors don’t look good on me, I bleached it.

You can at the same time have a glimpse of the duvet and pillow covers I dyed using the Japanese technique of shibori. I love the shade from purple to grey and to  pink. It has something enveloping and comforting. It is said colors have vibrations which might do us good. Maybe that is it. I have been craving for purple and pink.

Cher blog, je ne t’ai point relégué aux oubliettes bien que mille choses m’ont empêché de te bichonner ces derniers temps. Mais me voilà de retour, les piles rechargées, avec plein d’idées et de projets.

Pour commencer, j’ai envie de vous montrer quelques photos d’une robe toute simple et facile à porter, avec une coupe droite et les épaules dénudées. Le tissu que j’ai utilisé était à la base fuchsia, mais comme les couleurs chaudes ne me vont pas, je l’ai décoloré.

Vous avez un aperçu par la même occasion de la housse de duvet et des taies d’oreiller que j’ai teintes selon la méthode  japonaise du shibori. J’adore le dégradé pourpre, gris et rose que j’ai obtenu. Il a quelque chose d’enveloppant et de rassurant. Il paraît que les couleurs ont des vibrations qui peuvent nous faire du bien. C’est peut-être ça. J’avais très envie de pourpre et de rose. the "I-need-purple" dress

Follow

Get every new post delivered to your Inbox.

Join 29 other followers